Le télégraphe électrique

Le télégraphe est un mot venant du grec soit télé : signifie loin et graphe : signifie écrire donc le télégraphe à pour sens étymologique : écrire loin. C’est un moyen de communication rapide par l’envoie de message d’un point à un autre étant séparé par de grandes distances, ces messages sont communiqués à l’aide de code. L’envoie des messages par le télégraphe était bien plus rapide que par le courrier à cheval.

 

Le télégraphe était déjà bien connu à l’époque d’Ampère car il existe depuis 1794 due à la création de la première ligne opérationnelle du télégraphe optique des frères Chappe allant de Paris à Lille. Il permettait d’envoyer des dépêches de guerre en quelques heures au début et par la suite en quelques minutes, il fonctionnait à l’aide de sémaphores placé au sommet de tours étant distancées chacune par environ 15 kilomètres. Chacune des tours possédés des hommes entrainés munis de longs vue pour reproduire les mêmes signaux qu’il voyait en faisant bouger leurs sémaphores pour respecter les codes. Mais ces télégraphes optiques avaient un problème, les hommes ne pouvaient voir les signaux visuels des sémaphores en cas de mauvais de temps donc il fallait les perfectionner.

Le télégraphe optique


Ampère a contribué à la création du télégraphe électrique due à la découverte de ses recherches dans son mémoire publié en 1820, où il a écrit que « l’on pourrait au moyen d’autant de fils conducteurs et d’aiguilles aimantées qu’il y a de lettres, et en plaçant chaque lettre sur une aiguille différente, établir à l’aide d’une pile placée loin de ces aiguilles, et qu'on ferait communiquer alternativement par ses deux extrémités à celles de chaque conducteur, former une sorte de télégraphe propre à écrire tous les détails qu'on voudrait transmettre à travers quelque obstacle que ce fût. En établissant sur la pile un clavier dont les touches porteraient les mêmes lettres et établiraient la communication par leur abaissement, ce moyen de correspondance pourrait avoir lieu avec assez de facilité et n'exigerait que le temps nécessaire pour toucher d'un côté et lire de l'autre chaque lettre. » De plus il prouva dans une expérience avec une seule aiguille que sa déviation était la même en tout point du circuit, en plus l’aiguille suffit l’action magnétique du fil ainsi que celle du pole nord magnétique.

Mais son télégraphe électrique nécessité des courants trop intenses pour les piles voltaïques de l’époque car à l’époque, la source pour alimenter un circuit électrique était la pile voltaïque existant depuis 1800.

Ampère poursuivit ses recherches pour cerner les notions de courant électrique et d’intensité mais plus sur la transmission d’information à distance.

En 1833, la première liaison de télégraphe électrique est réalisée par les savants allemands Gauss et Weber ceci va modifier les idées d’Ampère sur plusieurs points car déjà la pile voltaïque est remplacée par un générateur utilisant le phénomène d’induction découvert par Faraday, ensuite l’aiguille a un fil de fer enroulé autour d’elle ainsi la force qu’elle subit est augmenté donc les courants utilisé pour le télégraphe sont plus faibles et enfin le codage des caractère par une succession de 5 signaux permet de n’utiliser qu’une seul ligne. Malheureusement, ce télégraphe n’est resté qu’au stade expérimental et n’était utilisé que sur une courte distance.

Il faudra attendre 1837 pour que Samuel Morse reprenne le travail de ces prédécesseurs comme Ampère, Arago et les recherches des savants Gauss et Weber pour créer avec Alfred Vail, le système Morse soit un tout nouveau télégraphe électrique qui sera le plus connu à notre époque. Il possède des améliorations par rapport à ceux de ces prédécesseurs qui sont la séparation entre le circuit émetteur (ayant un courant de faible intensité qui permet de transporter l’information sur de très grande distance) et le circuit récepteur (qui est un plus petit circuit dans lequel circule des courants bien plus intenses) et tout deux sont alimentés par un générateur. De plus le courant du circuit émetteur commande la fermeture ou l’ouverture du circuit récepteur car  ce courant forme un système étant l’égale d’un interrupteur dans le circuit récepteur commandé par le courant du circuit émetteur ceci forme un relais.

En plus la transmission de l’information se trouve indépendante de l’apport d’énergie nécessaire au fonctionnement du système récepteur.

Le manipulateur morse

 

Ensuite il y a eu une modification au niveau du codage pour les caractères, ce codage se fait par une combinaison d’impulsions de courant brèves soit des points et de courant longues soit des traits. C’est l’alphabet Morse, pour pouvoir écrire on utilise un levier à ressort, le manipulateur Morse, c’est lui qui envoyait les impulsions de courant.

 

Enfin, à la réception, un électroaimant est substitué aux aiguilles aimantées. Il permet de graver sur un ruban enregistreur les traits et points correspondant aux caractères transmis.

L'aphabet morse

                                                                  L'alphabet morse

Mais tout le chemin n’était pas encore réalisé, il fallait convaincre les investisseurs pour construire des lignes interurbaines mais également transcontinentale. C’est alors qu’en 1844, la première ligne interurbaine est mise en place entre Washington et Baltimore.

Ampère permit la création du télégraphe électrique par ces travaux mais il ne le verra jamais fonctionner le télégraphe de Morse qui eu un essor phénoménale car dès 1850, il y a des  dizaines de milliers de kilomètres de lignes télégraphiques qui fonctionnent pour différents services qui sont les chemins de fer car nous sommes au début des premières lignes des chemins de fer, puis le commerce, la bourse, les communications militaires et enfin la presse.

En conclusion, Ampère permit le début des communications à l’aide de l’électricité ce qui permet aujourd’hui, de communiquer à l’aide des ordinateurs, des téléphones car ils utilisent le courant électrique.

suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site